Observation de la nature et des animaux, les équipements adaptés

Conseils pratiques et de terrain pour bien s’équiper en vue de l’observation de la nature et de la faune sauvage: quels vêtements, quel matériel?

 

À regarder un passionné de la nature, observateur de terrain, se préparer pour partir découvrir la faune sauvage, en forêt, en montagne ou dans les marais, on a la sensation de plonger dans les films d’aventure ou de combat.

Pas la peine de sourire, il y a un peu de cela? La nature ne se laisse pas facilement approcher dès lors que l’on souhaite voir ce qui sort du quotidien.

Pour réussir approches et affûts d’observation de la faune, et comprendre le pourquoi des recommandations qui suivent, lisez nos conseils sur les attitudes à adopter pour observer la faune.

Savoir s’habiller pour l’observation de la faune: la bonne tenue

 

Observateur occasionnel, naturaliste amateur, passionné de macrophotographie ou photographe animalier, comme José David* savent combien le choix de l’habillement est primordial.

  • Choisir des vêtements souples, en coton ou en lin, qui ne font absolument aucun bruit lorsqu’on les frotte l’un sur l’autre. Les pires sont souvent les coupe-vents, les cirés industriels, les chemises nylon… Contre la pluie et le vent, adoptez des cotons enduits par exemple.
  • Ne mettez pas d’accessoires (gourmette, chaine, bijoux divers…), évitez les boutons métal, les chaussures à semelles très dures ou pourvues de fer, et tout ce qui peut faire des cliquetis et bruits métalliques.
  • Observez la tenue des chasseurs, ou celle des militaires de terrain. Un minimum de camouflage est absolument indispensable pour se donner toutes les chances : le choix des vêtements est fonction du lieu d’observation prévu. En forêt les vêtements sombres verts ou bruns conviennent. Les tenues type treillis à grosses tâches sont bien sûr idéales. En montagne, les vêtements gris, ocre-bruns et olivâtres sont adaptés. Pour des approches de nuit, pas de vêtements clairs, ni de visage pâle (sans jeu de mots). Pour se protéger très efficacement de la pluie et du vent, et pour protéger en même temps vos équipements, en restant immobile en affût, notamment, équipez-vous d’un poncho de pluie. Ce vêtement est également idéal pour la randonnée et permet de se protéger avec le sac sur le dos.
Découvrir :  Comment éloigner les insectes de mon potager ?

Savoir s’équiper en matériel d’observation de la faune

Les naturalistes professionnels ou semi-professionnels ont un matériel d’observation impressionnant, très coûteux, mais leur passion est aussi leur gagne-pain. Ils inventorient, photographient, comptent, déterminent.

Mais pour faire de belles observations, nul besoin de dépenser beaucoup d’argent. Si vous souhaitez renouveler vos sorties, achetez tout de même une bonne jumelle.

Europe-nature-optik, un des rares spécialistes du matériel d’observation de la faune, distille de précieux conseils pour s’équiper.

«Chaque jumelle est caractérisée par 2 valeurs chiffrées. La 1ère représente le grossissement, qui indique de combien l’objet observé à la jumelle apparaît plus rapproché. La 2e valeur indique le diamètre des objectifs. Une jumelle marquée 10 x 50 possède un diamètre d’objectif de 50 mm. Plus le diamètre d’objectif est élevé, plus il entre de lumière dans la jumelle.»

Or, la lumière est importante pour la qualité de l’observation, surtout si le temps est nuageux ou si l’observation se fait parmi les arbres ou le soir.

Découvrir :  Bien choisir une tondeuse électrique

Ainsi, pour bien s’équiper avec un matériel qui puisse vous servir autant le jour que le soir, autant pour observer la faune que les paysages, choisissez une jumelle de type 8 x 42 ou 10 x 42. Légère, lumineuse, elle est tout à fait adaptée pour toute la famille. Elle peut s’acheter neuve ou d’occasion.

Si les marques les plus prestigieuses comme Swarovski, Leica ou Ziess sont tentantes, choisir une très bonne marque, moins connue comme Eno Argonne par exemple présente l’avantage de prix nettement plus abordables.

Savoir se munir d’un minimum d’équipements

Quel que soit le but de la randonnée d’observation, il faut toujours prévoir un minimum d’équipements pour parer aux changements de situation.

  • Se munir d’un petit sac à dos léger: un sac de 20 litres suffit pour une randonnée à la journée.
  • Au fond du sac, placez une polaire pour le soir ou le coup de frais.
  • Par-dessus mettez le poncho, coupe vent et pare pluie.
  • Certains sacs sont munis d’un Platypus® qui facilite le portage de l’eau de boisson. Sinon, prenez une gourde, thermos si nécessaire.
  • En haut du sac, mettez le sandwich et la barre énergétique, le chapeau de toile sombre, les lunettes de soleil et une petite trousse de pharmacie (pensez à la pince à épiler, pour les épines et échardes).
  • Dans une poche latérale, mettez un peu de ficelle, le papier toilette, le couteau, des sachets plastiques.
  • Sur la poche arrière, placez le ou les ouvrages de détermination (guide des oiseaux, guide des mammifères, guide des fleurs sauvages, par exemple) et le carnet de note avec un crayon.
  • Portez la jumelle autour du coup et l‘appareil photo à la ceinture, prêts à l’utilisation.
Découvrir :  Comment choisir les bambous ?

Au pied d’un arbre, sur un mirador ou dans une voiture

Pour observer oiseaux et mammifères, on peut faire un circuit de randonnée et observer ce qui se présente tout au long de l’avancée, ou choisir un bon affût.

  • À l’intérieur d’un véhicule à l’arrêt, ou en déplacement lent, il est très facile d’observer de nombreuses espèces animales. C’est une solution intéressante pour observer beaucoup d’oiseaux en Camargue, par exemple.
  • Beaucoup de miradors d’observation ont été créés dans des lieux stratégiques pour faciliter l’observation. Profitez-en.
  • Les affûts aménagés avec feuillages ou filets de camouflage sont parfaits. Ils nécessitent toutefois un réel savoir-faire.
  • Mais le pied d’un arbre ou d’un arbuste, non loin d’une clairière ou face à un vallon dégagé, reste souvent un excellent lieu d’observation.