Rose Pétale Rouge

Rosier : comment cultiver et entretenir ses rosiers ?

Rose Pétale Rouge

Les rosiers étaient déjà cultivés il y a plus de 5000 ans et les archéologues ont mis en exergue leur culture en Grèce, en Chine et en Perse, l’actuelle Iran. Le rosier est une plante vivace dont il existe de nombreuses espèces. Depuis le début des années 1970, la Fédération mondiale des sociétés de roses (World Federation of Rose Societies) a classé les rosiers en plusieurs groupes. Les principaux rosiers sont le rosier ancien utilisé en massif, le rosier anglais pour les bordures et massif, les rosiers miniatures qui se retrouvent en bordure, massif, rocaille ou en pots, le rosier couvre-sol est plutôt destiné aux talus et bordures, les rosiers grimpants sont idéaux pour les murs, une pergola, une tonnelle, une palissade ou un claustra, le rosier polyantha s’adapte bien aux bordures et massifs, le rosier buisson s’utilise pour les bordures, les massifs et les haies, le rosier buisson à grandes fleurs à fleurs groupées est parfait pour composer les bouquets. Le rosier aime les expositions ensoleillées mais n’aime pas le vent. La terre doit être riche en matière organiques, de préférence argileuse, mais pas trop calcaire, ni trop humide.

Découvrir :  Jonquilles : plantation et entretien

Les rosiers nécessitent un entretien particulier, ce sont des plantes relativement fragiles qui ont de nombreux ennemis Parmi les maladies du rosier les plus fréquentes, on peut noter un champignon appelé « marsonia » qui provoque des tâches noires avec souvent un jaunissement de la feuille. Il faut supprimer les feuilles atteintes et les brûler. Un traitement à base d’une solution de cuivre, comme la bouillie bordelaise est recommandé. L’oïdium est également un champignon qui se caractérise par un duvet blanc.

Il faut éviter d’arroser les feuilles et s’assurer que la terre n’est pas trop acide. Après avoir supprimé les parties atteintes, on peut appliquer l’incontournable bouillie bordelaise ou de façon préventive, à la reprise végétative, on peut pulvériser du soufre. Un autre champignon, la rouille, se caractérise par des tâches orangées sur les feuilles, près des nervures. Il se développe souvent quand la terre manque de potasse. Pour composer cette carence, il faut fertiliser en automne à l’aide de cendre de bois qui contiennent de la potasse. Pour traiter, la bouillie bordelaise est toujours adaptée et pour un traitement curatif il faut utiliser de l’extrait de prêle. Les pucerons sont des fléaux pour les rosiers. Ils se nourrissent de la sève et des bourgeons. Heureusement la nature leur connaît un prédateur redoutable : les larves de coccinelles. Pour prévenir, il est possible d’arroser les rosiers avec du purin d’orties, de fougères ou de l’eau savonneuse. Pour bien entretenir ses rosiers, il faut les tailler chaque année. Les feuilles fanées se retirent, pour des raisons esthétiques et pour favoriser la floraison. Les drageons (ou rejets) qui se développent et épuisent la plante, doivent être retirés.
rosier

Découvrir :  Comment choisir une haie artificielle ?

Les rosiers non-remontants peuvent se tailler au milieu de l’été, en fin de floraison. Les rosiers remontants se taillent au milieu de l’automne, après les premières gelées. La taille principale est effectuée à la fin de l’hiver, après la période de gel. Les rosiers sont une véritable passion pour beaucoup de personnes. Ils souhaitent alors créer de nouvelles variétés de roses. Cette multiplication peut être faite par bouturage, par greffage, par semis et même « in vitro ». Les nouvelles variétés pourront ensuite être protégées par un certificat d’obtention végétale (COV). A noter : Des outils et désinfectés et affûtés vont protéger les rosiers. Pensez à vous protéger aussi, en utilisant des gants et en effectuant un vaccin anti- tétanique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.