Lépiote vénéneuse : Macrolepiota venenata

Lépiote vénéneuse : Macrolepiota venenata

 

 

Les lépiotes vénéneuses poussent dans les bois, en particulier dans les forêts de conifères ; on les trouve également dans les prairies, les pâturages, les terrains vagues, etc., et on a signalé qu’elles poussaient dans les jardins et même dans les parcs (voir les photos ci-dessous). Le cycle de vie de ce champignon dure 1 à 2 ans, au cours desquels les spores se transforment en une minuscule capsule noirâtre qui éclate au contact de la main humaine, libérant de nombreux fils acrides jaune-brun qui irritent immédiatement la peau et les yeux (les symptômes sont très similaires à ceux d’une allergie à l’ambroisie).

 

 

Lépiote vénéneuse : Macrolepiota venenata
Image Lépiote vénéneuse
Découvrir :  Cueillette des champignons : savoir reconnaître la coulemelle

 

Les racines de ces champignons contiennent plusieurs composés toxiques tels que l’acide orellanoïque (un dérivé des acides gras oméga 3), l’orellinine, la chélidonine, l’ergotamine et l’ergométrine (l’ergométrine est utilisée comme agent thérapeutique en obstétrique, mais son utilisation est limitée en raison d’effets secondaires tels que des hallucinations, des convulsions, des diarrhées, des maux de tête, de la fièvre, un engourdissement des extrémités, des vomissements et une hypotension). L’Orellanoside A est un dérivé de l’acide lysergique qui pourrait être responsable d’une partie de la teneur en toxines de certaines espèces de Lepiota (Lepiota tremelloides) et de certaines espèces d’Amanita.

 

 

Lépiote vénéneuse : Macrolepiota venenata
Lépiote vénéneuse : Macrolepiota venenata, champignon toxique

 

Le nom de genre Lepiota a été dérivé du grec lepis = écaille ou écaille et ous = champignon, se référant à la surface du corps du fruit ayant de petites écailles ; cela fait référence au fait que ces champignons ont des hyphes de surface à texture rugueuse qui ressemblent à de petites écailles ou à des écailles sur la peau des insectes, alors que leurs tiges sont dépourvues de toute sorte de poils (des poils peuvent être présents sur d’autres membres des Agaricales). L’épithète spécifique tremelloides signifie « tremblant » (en référence à la texture des branchies lorsqu’on les observe au microscope) et fait référence à la structure des bords des branchies, qui ressemblent à des tremblements ou à des frémissements dans un mouvement de secousse lorsqu’on les observe au microscope (les bords des branchies sont également appelés lamellules).

 

 

Image champignon Lépiote vénéneuse : Macrolepiota venenata
Image champignon Lépiote vénéneuse : Macrolepiota venenata

 

L’espèce type LEPIOTA TREMELOIDES a depuis été reclassifiée en PANOPELLA TREMELOIDES par Rolf Singer, qui a publié sa révision taxonomique des Lepiotaceae dans son livre Mushrooms and Toadstools of Britain and Ireland.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.