Prêle indestructible, envahissante, bonne ou mauvaise herbe ? Comment s’en débarrasser ?

Prêle des champs ou des marais, laquelle est toxique, peut-on les éliminer ? Quels moyens pour lutter contre les prêles, quand elles deviennent ces pestes très envahissantes ?

Dangereuses pour les chevaux, les bovins et les moutons quand ils la trouvent dans les prés ? Oui et non ! Tout dépend de l’espèce et de son abondance. Les prêles, étonnantes et graciles, sont difficiles à combattre et présentent une très grande résistance à toutes nos méthodes de lutte. Elles sont aussi et surtout de précieuses alliées de l’homme. Pourtant… elles énervent bien des jardiniers, autant que la classique interrogation : « Comment lutter contre les taupes »

Equisetum

Véritables dinosaures végétaux, les Queues-de-cheval ou Queues-de-renard, à la différence des grands reptiles disparus, ont su traverser le temps en s’adaptant.

De la très ancienne Famille botanique des Equisetacées, les prêles ont, avec les Lycopodes et les fougères, inventé la chlorophylle et la photosynthèse et élaboré des tissus de soutien pour être plus résistantes et devenir ainsi toujours plus hautes et plus grosses. Ces inventions qui remontent à au moins 350 Millions d’années (soit 120 millions d’années avant l’apparition des premiers dinosaures) furent tellement avantageuses qu’elle leur permettra d’atteindre pour certaines plus de 25 m de haut et de régner en maître absolu durant 80 Millions d’années : le temps d’un Carbonifère !

De ces géantes, il ne reste plus que des herbes, 65 millions d’années après la disparition des derniers dinosaures… quand même ! Et pendant que certains cherchent à les supprimer, d’autres en plantent. Ainsi trouve-t-on par exemple dans le commerce horticole une grande prêle, Equisetum hyemale ‘robustum’, la prêle d’hiver ou prêle des tourneurs, fort belle au demeurant.

Découvrir :  Cueillette des champignons : savoir reconnaître la coulemelle

En France, à l’état naturel, on reconnait 8 espèces : la prêle des marais (E. palustre), la prêle des champs (E. arvense), la prêle des rivières (E. fluviatile) dite aussi prêle des bourbiers ou prêle fluviatile et la plus aquatique des prêles, la grande prêle (E. telmateia) dite aussi prêle élevée ou prêle géante, et la prêle des bois ou des forêts (E. sylvaticum) notamment.

Neurotoxique, la prêle des marais, au pré ou en foin

Convulsifiante avec syndrome hémorragique, cette queue-de-cheval est la seule prêle qui présente un danger éventuel pour les animaux, bovins et chevaux surtout, maladie appelée équisétose.

Elle contient des thiaminases, de la nicotine, des saponosides et divers alcaloïdes plus ou moins toxiques qui agissent sur le système nerveux des bêtes provoquant un état d’ébriété avec difficulté de coordination motrice chez le cheval, arrêt de la rumination et de la production de lait chez les bovins, avec pour les deux apparitions de coliques, de sueurs et de convulsions, notamment.

Caféine, tonicardiaques, strychnine et vitamine B1 font partie des remèdes prescrits par les vétérinaires.

Les bêtes n’ont aucune attirance particulière pour cette plante et c’est plus par contrainte (manque de végétaux verts appétants au pré) ou par accident (présence importante de la plante dans le foin) que les problèmes peuvent survenir.

Découvrir :  Rosier : comment cultiver et entretenir ses rosiers ?

Bénéfique, la prêle des champs, pour la santé des hommes et des plantes

« Elle est une des valeurs sûre de la médecine et du jardinage au naturel, deux domaines où elle excelle et pourrait vite devenir incontournable… »*.

Utilisée en compresse, ou en usage interne (décoction, tisane) elle permet, chez l’homme, de lutter contre les problèmes rénaux, rhumatismes, obésité, ostéoporose et spasmophilie. Elle est à ce titre préconisée en phytothérapie et homéopathie, mais reste déconseilléeaux personnes maigres ou perdant facilement du poids. Chez les jeunes enfants et les femmes enceintes ou allaitantes, elle est contre-indiquée.

Pour le jardin, la prêle, en purin, riche en silice, est particulièrement bénéfique pour renforcer la résistance des plantes aux maladies cryptogamiques : rouille, mildiou, oïdium, tavelure… L’effet répulsif du purin de prêle, anti limaces ou escargots et anti pucerons est reconnu.

Pour faire un bon purin, remplissez un demi seau de prêle grossièrement hachée et couvrez d’eau jusqu’au haut du seau. Remuez chaque jour durant 15 à 20 jours (suivant température). La macération terminée, conservez le purin en bouteille à l’abri de la lumière et au frais, après filtration .

Le dosage moyen recommandé, pour une vaporisation de vos plantes est de 1 volume de purin pour 9 volumes d’eau et son usage peut se faire toute l’année.

Comment éliminer la prêle ?

La première réponse est de se demander s’il est opportun de placer des bêtes dans des prés envahis de prêle des marais, ou d’y faire les foins.

Découvrir :  Comment choisir une haie artificielle ?

La seconde est de prendre note que, comme la fougère aigle, la prêle est difficile à combattre. Mais contrairement à la fougère, prêle des champs et prêle des marais, les deux espèces les plus courantes n’aiment ni l’ombre ni la concurrence des végétaux.

Par contre, leurs rhizomes (tiges souterraines)sont denses et impressionnants et le travail du sol a plutôt tendance à favoriser leur développement que leur élimination. Dans un potager ou un bord de champs, le labour va provoquer la fragmentation des rhizomes et donc la multiplication des prêles.

La prêle , plante colonisatrice, utilise tous les espaces vacants, quelque soit le sol ou l’utilisation qui en est faite. Ainsi, garder le plus possible un sol couvert de végétation en pratiquant avec persévérance des fauches (attendre que la plante ait fait une bonne repousse pour la couper à nouveau) s’avère le moyen de loin le plus écologique et le plus efficace, puisque la plante va disparaître par épuisement de ses ressources.

Brûlage, paillis, inondation, sont globalement sans effets réels.

La lutte chimique est pure utopie, voire d’ailleurs « Effets pervers des désherbants ». En plus, il n’existe pas un seul produit sur le marché capable de permettre l’éradication réelle des prêles. De plus, les spécialistes sont formels, il n’existe aucun moyen de lutte biologique contre ces plantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.